Vos soirées, rendez-vous, aventures, etc.

Modérateurs: animal, Léo

By john dilinger
#124620 Je m'étais promis d'écrire ici les belles rencontres que j'avais pu réaliser grâce à Spikeseduction. Voici l'une d'entre elles.

La rencontre remonte à l'année dernière. On était à la mi-août et ça faisait maintenant 2 semaines que j'avais commencé mon stage. Le vendredi soir venait enfin d'arriver, j'étais à la gare des trains attendant de prendre la correspondance qui me ramènerait chez moi, dans le sud de la France. La chaleur assommante de l'après-midi associée à la fatigue de ma journée de travail me faisaient gagner en somnolence. Si bien que si on m'avait dit que je serai capable de badiner avec ma voisine de train ce jour-là, je n'y aurai pas cru.

Je peux être aussi fatigué que possible, je n'arrive jamais à m'endormir dans les transports en commun. C'est plus fort que moi. Mettez-moi dans un avion Paris-Singapour, alors que tous les passagers finiront par perdre conscience la mâchoire déboîtée par la gravité, je reste éveillé à compter les minutes avant l’atterrissage.

J'avais donc besoin d'un bouquin qui pourrait me tenir occupé durant ces 3 heures de trajet. Dans la boutique RELAY de la gare, je feuilletais un livre dont les premières pages parlaient d'un homme avait abordé sa fiancée en pleine rue. David Foenkinos a-t-il déjà entendu parlé des street sessions de Spike ? En tous cas, ce début d'histoire m'intéressait assez pour que j'achète La délicatesse.

Mon train arriva. Mon billet m'indiquait une place située dans la voiture-bar. C'était un de ces nouveaux TGV dont la voiture-bar a des comptoirs style art-déco avec uniquement deux sièges en vis-à-vis pour les passagers. Je me dirigeais vers mon siège en apercevant déjà le dos de ma partenaire de voyage sagement assise. Un type était à ma place assis en face d'elle. (Je notais qu'il venait de lui jeter un bref regard timide, de ceux qui signifient qu'il est déjà trop tard pour lancer une discussion avec la belle inconnue assise près de nous mais qu'on le regrette amèrement.) Poliment, je lui demandais de me céder la place.
By john dilinger
#124621 Je m’assois et vois en face de moi l'objet du tourment de mon prédécesseur. C'est une femme au visage élégant. Je précise "une femme" car elle doit au moins avoir amorcé la trentaine alors que je n'ai que 21 ans au moment des faits. Même si ses traits me plaisent (comme on peut apprécier la beauté d'un paysage), la différence d'âge entre nous ne m'autorise pas à envisager la moindre tentative de séduction. Et c'est paradoxalement cette "barrière" qui m'a incité à l'aborder avec beaucoup de détachement.

M : Vous ne trouvez pas que ça crée une atmosphère très intime, ces 2 places en vis-à-vis ?
E (surprise mais souriante) : Oui, je m'étais fait la même réflexion.
M : On a un peu l'impression de se retrouver en rendez-vous.


Par association d'idée, je lui parle du livre que je viens d'acheter et qui parle de ce couple qui s'est rencontré dans un lieu public. J'en profite pour m'intéresser au livre qu'elle tient dans les mains.
La conversation oscille entre les livres que nous lisons et la rencontre entre les hommes et les femmes. Elle a l'air réceptive et parler sur le ton du jeu des relations homme-femme à une femme de 10 ans de plus que soi me grise énormément.

M : C'est amusant que vous me parliez de ça. Il y a deux livres qui ont beaucoup d'importance pour moi en ce moment : l'un écrit par un astrophysicien parle du sens de notre existence dans ce monde, l'autre écrit par un sociologue parle de la rencontre idéale entre les hommes et les femmes.


J'ai justement les 2 livres dans mon sac de voyage et les lui montre. Le 2e livre est évidemment un exemplaire de L'homme idéal. Elle observe la couverture avec curiosité et semble étonnée d'apprendre qu'il existe des leçons de séduction. Je lui explique qu'il existe différentes "écoles" de séduction : l'américaine basée sur des techniques et la française basée sur des concepts.

Je vois que j'attise sa curiosité et lui propose de lui montrer comment je m'y prendrais si on était, justement, en rendez-vous elle et moi autour de cette table à 2 sièges. Elle accepte en souriant.

M : Bon évidemment, vu notre différence d'âge, il ne s'agit pas d'un vrai rendez-vous. Mais si j'avais un rendez-vous avec vous, je vous ferai parler de vous... et je chercherai un prétexte pour vous toucher la main. Tenez, donnez-moi la main. Allez-y.


Je la regarde droit dans les yeux. Elle hésite mais a le sourire d'une personne qui semble prête à éclater de rire. Elle s’exécute.

J'examine sa main en lui disant qu'en rendez-vous je lui parlerais de ses lignes de vie ou que je jouerais avec sa bague... puis que je lui rendrais sa main (ce que je fais).
Elle semble vexée que je ne m'attarde pas plus que ça. Elle me demande de connaitre la suite. Je lui dis qu'un vrai rendez-vous se fait autour d'un verre. Coïncidence ? Nous sommes dans la bonne voiture du TGV !

E : Et bien allez-y, offrez-moi un verre.
M (sur un ton faussement outré) : Vous plaisantez ? Je suis étudiant, vous travaillez, c'est à vous de me payez un verre.
E : Quelle galanterie !
E : ...
E : Très bien, je vous offre un verre.
By vanstrummer
#124640 Ah ah ah,
Une belle plume, servant une histoire dont on a envie de connaitre la suite !
J'adore l'accroche : couillue mais vu votre différence d'âge qui apparemment est évidente pour vous deux, elle est décalée et intrigante ! Top.
J'ai relevé deux choses qui à mon sens sont des erreurs :
- souligner votre différence d'âge explicitement pour lui dire que c'est pas un vrai rendez-vous (pour poser une barrière ?)
- Souligner votre différence d'âge (implicitement) une deuxième fois pour l'ammener à ce qu'elle paye le verre (ce qui est bien joué quand même)
Mais je me trompe peut-etre.
En tout cas bravo et j'ai hâte de lire la suite.

Van
Avatar de l’utilisateur
By animal
#124644 Au contraire, c'est tout sauf une erreur, d'autant plus qu'il est presque dans une démonstration technique. Impatient de lire la suite.
By UnfixedCat
#124645 Juste que si à un moment donné son niveau d'attraction est bas et qu'il tente malgré tout quelque chose elle pourra s'en servir d'excuse pour le planter là.
Mais pour l'instant c'est une bonne barrière.
By john dilinger
#124714 Nous revoilà donc assis, une petite bouteille de rosé pour moi, un chocolat chaud pour elle.

Je prends le pari de deviner son âge. Je lui en donne 32. Je lui dis 27. Elle est ravie mais ne me donne pas la réponse.
Pour l'instant, aucun de nous n'a encore eu l'idée de demander le prénom de l'autre. Je sais qu'elle a eu un mariage et a divorcé récemment.

Le jour baisse sur le paysage défilant, la circulation dans la voiture se fait plus rare, et l'ambiance est plus propice aux confidences.
Elle me parle des hommes qui ont osé l'aborder avec tact étant étudiante. Elle en garde un souvenir surprenant mais plaisant.
J'apprends qu'il lui arrive de noter ses souvenirs, non pas sur un journal intime, mais sur des "feuilles volantes" qu'elle égare ou conserve au grès des années.
Il y a une vraie poésie dans sa façon de parler, la façon qu'elle a de lever les yeux au ciel en souriant. Je me rends compte qu'elle me plait et que je la désire.
Une pensée s'installe dans ma tête, qui me donne chaud aux joues : je l'embrasserai avant qu'on ne se sépare.

Nous arrivons à la gare de destination et devons prendre le même bus. Le voyage n'est pas encore achevé.
Alors que nous faisons rouler nos valises en direction de l'autocar, je perçois que ces 3h d'échange ont créé une sorte de proximité physique et intellectuelle entre nous ; nous marchons presque côte-à-côte sans faire attention à ajuster son rythme au pas de l'autre.

Je m'installe en premier dans le car et attends. Elle s'assoie à côté de moi.
Elle allonge son corps pour régler la climatisation au-dessus de nous. Sa hanche frôle mon bras. Je ne saisis pas l'occasion.

Le bus termine finalement sa course. Je sors en premier. Je la vois qui discute avec le chauffeur. Je reste immobile devant l'autocar, me donnant une contenance en parcourant mes mails sur mon téléphone.

Elle finit par venir jusqu'à moi et commence à me parler en premier.

E : Vous savez quoi ?
Je vais vous donner mon numéro de téléphone.
Et vous savez pourquoi ?
M : ...
E : C'est quelque chose que je ne fais jamais.
Si je vous donne mon numéro c'est parce que j'ai passé un moment très agréable avec vous ce soir.
Vous avez un stylo ?
M : Euh... non.
E (levant les yeux au ciel en secouant la tête) : Toujours avoir un stylo sur soi.

Elle finit par en trouver un dans son sac à main et inscrit les 10 chiffres sur l'enveloppe de mon billet de train.

Au moment de nous quitter, je glisse ma main dans ses cheveux pour l'embrasser. Elle évite mon baiser en penchant sa tête en arrière, souriant et faisant non de la tête.

Elle partira dans la direction opposée à la mienne.
E : Profitez de vos 20 ans !
Avatar de l’utilisateur
By animal
#124715
john dilinger a écrit:Au moment de nous quitter, je glisse ma main dans ses cheveux pour l'embrasser. Elle évite mon baiser en penchant sa tête en arrière, souriant et faisant non de la tête.

Tu as tout bien fait sauf ça, tu aurais du prendre ton temps et montrer que tu étais détaché, mais là après tout ton discours sur la séduction, ça sonnait le challenge personnel de son point de vue. Cela dit, bravo d'avoir eu le cran d'y aller, c'est un peu plus compliqué qu'en boite...
By john dilinger
#124716 J'ai pas fini de te décevoir Animal, parce que des erreurs j'en ai fait pas mal d'autres avec elle. Notamment vis-à-vis de Doc Love. J'en reparle bientôt ;)
ByThe Man Outside
#124719
Je prends le pari de deviner son âge. Je lui en donne 32. Je lui dis 27. Elle est ravie mais ne me donne pas la réponse.


They're so predictable... :twisted:

john dilinger a écrit:J'ai pas fini de te décevoir Animal, parce que des erreurs j'en ai fait pas mal d'autres avec elle.


L'erreur c'était de casser le rythme. En te donnant son numéro, et vu la manière dont elle s'y est prise, tu avais un boulevard. Un boulevard pour ne pas l'embrasser cette fois-là et pour la revoir. Dommage, c'était une prise de numéro magnifique (bon, elle te l'a donné sans que tu demandes, mais c'est parce que tu as bien amené le truc).

Profitez de vos 20 ans !


Semble indiquer que tu étais définitivement cramé à ce moment là.

En tout cas, aborder avec L'homme idéal comme amorce, respect!
By john dilinger
#124721 Nous sommes samedi et je suis face à un grand dilemme. Elle m'avait donné son numéro la nuit du vendredi, à notre arrivée dans le sud de la France. Malheureusement, je devais repartir dans l'après-midi de dimanche ce qui me laissait peu de temps. Très peu de temps.

Doc Love a écrit:Call her from 5 to 9 days after you met her.
Never date her on friday or saturday.
If you follow the system, everything gonna be fine dude !


T'es gentil doc, mais en semaine elle et moi serons séparés par plus de 500 km !

Je décide de mettre le système de coté et de suivre mon instinct. Je lui envoie donc un texto le lendemain de notre rencontre autour de 21h :

M : J'ai moi aussi passé un moment très agréable avec vous dans ce train.
Je ne connais toujours pas votre prénom mais j'ai envie de vous appeler Claire, c'est un prénom qui vous va bien.
Quentin
E : Qu'évoque pour vous ce prénom que vous m'offrez? Quentin vous va mieux que Guillaume,pardonnez cette méprise.
M : Le prénom Claire vous va bien car il évoque une femme un peu terre-à-terre mais qui entretient tout de même une dimension poétique dans sa vie, cette poésie que vous avez justement dans votre journal intime éparpillé sur des feuilles volantes et le choix inattendu de vos mots ("m'exposer par vos tableaux"). Une poésie que j'ai rarement vu chez une femme. C'est quand j'ai vu cette poésie que j'ai eu envie de vous embrasser.

J'hésite, vous avez peut-être un prénom qui n'a rien à voir.
E : Rien à voir en effet,mais quelle importance? Laissez parler votre imagination...sans hésiter. Surprenez-moi Quentin. 
ByThe Man Outside
#124722 Vu le dernier échange, j'hésite entre deux possibilités. Soit tout ça est merveilleusement cinématographique, soit elle se fout un peu de toi parce que tu es un minot qui s'essaye à la séduction et qu'elle a pour toi le regard d'une mère mélangé à celui d'une femme qui est toujours flattée de séduire et de se sentir jeune.

En tout cas, indépendamment de la précipitation (car si j'ai bien compris tu es loin en semaine mais là les week-ends) l'erreur principale que je vois c'est que tu l'as recontacté sans proposer de RDV. Autrement dit, tu as perdu un point de sexuation.

Tiens, c'est pas mal cette idée de "point de sexuation", ça fait aussi geek que les VU-mètres sur le niveau d'intérêt.
By Hiva Oa
#124723 Autant à la lecture du 2nd texto, je trouvais effectivement que tu dégonflais le soufflé,
autant sa réponse me semble quand même un signe d'intérêt soutenu.

Pourquoi je dis ça ?
Un peu de nez (mais je suis souvent enrhumé),
et surtout parce que justement les 2 propositions du dessus.

MAIS
avec cet échange, non seulement c'est elle qui reprend le dessus, qui guide la relation,
mais en plus, pour citer TMO, elle est plus âgée que toi.

Perdu ?
Pas forcément.
La chance que je te vois, c'est l'aspect poétique que tu nous as décrit au début, que je trouverais incohérent avec le besoin de rassurance de se faire draguer par un "minot".
By john dilinger
#124724 Pour rappel, cette histoire s'est passée l'an dernier (et non pas samedi dernier).
Donc c'est bien gentil de faire des prévisions mais je sais aujourd'hui désormais mieux que vous les chances que ce "minot" de l'an dernier avait de la revoir ;)

La suite bientôt.
ByThe Man Outside
#124725
john dilinger a écrit:Donc c'est bien gentil de faire des prévisions mais je sais aujourd'hui désormais mieux que vous les chances que ce "minot" de l'an dernier avait de la revoir ;)

On a le droit de jouer quand même. :mrgreen:

JD a écrit:je n'ai que 21


Minot, oui. Pas au sens littéral, mais quand même, et surtout si elle en a dix de plus. On a tous eu 21 ans, pas de quoi se vexer. Enfin, tous ceux qui aujourd'hui sont plus âgés.